Originaire du Mexique et déjà cultivée par les Aztèques, le Chouchou (Sechium edule) également appelée « Chayotte », « Christophine » ou encore « Chouchoute » selon les origines est une plante de la famille des Cucurbitacées, cultivée comme plante potagère pour son fruit comestible à maturité, mais également pour ses tiges, ses jeunes pousses et même ses racines…bref comme dans le cochon, dans le chouchou tout est bon ! Mais comment cultiver cette plante tropicale spectaculaire dans son jardin ? Quelles sont les utilisations possible en cuisine et ailleurs ? Pourquoi les Réunionnais en raffolent ? Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le Chouchou !

chayotte (Sechium edule) (2)

Pourquoi est-ce le légume préféré des Réunionnais ?

Introduit au milieu du XIXe siècle sur l’île de la Réunion, le chouchou trouve des conditions écologiques parfaites et conquiert rapidement ces terres. Cette plante envahissante pousse aujourd’hui partout, au bord des routes, sur une treille, sur les pentes escarpées… couvrant l’île d’un tapis de verdure. A la fin du XIXe siècle, le chouchou est principalement cultivé à Salazie pour ses tiges et la qualité de ses fibres… qui servaient à la confection de chapeaux. La tige, lavée et séchée, donne des rubans de paille blanc argenté : la paille chouchou. Cette matière première de grande qualité était exportée à Paris, Rome, New-York et procura des ressources importantes pour les Salaziens au début du XXe siècle.

Aujourd’hui, le chouchou même s’il est considéré comme une peste végétale, fait partie intégrante du paysage et de la cuisine réunionnaise. Toutes les parties de la plante sont utilisées : La racine ou « patate chouchou » sert à la confection de gâteaux et les pousses donnent les fameuses « brèdes chouchou ». Le fruit se consomme en légume et s’accommode de différentes manières : cru, cuit, farci ou en gratin. Composé à 90% d’eau, cet aliment riche en vitamine C favorise une cuisine diététique et équilibrée.

Les tiges desséchées étaient utilisées à la Réunion pour fabriquer des chapeaux , autrefois commercialisés en Europe sous le nom de « chapeaux de paille d’Italie ». La pulpe crue du fruit, astringente, utilisée en masque était réputée effacer les taches sur le visage. On attribuait également au fruit des vertus médicinales.

chayotte (Sechium edule) (3)

Utilisation culinaire et autres usages de la Chayotte !

Les fruits s’accommodent de la même manière que les courgettes, on les prépare aussi en daube ou en gratin (christophines farcies). On peut aussi les servir en salade, à partir de jeunes fruits, crus ou refroidis après une légère cuisson, et râpés. Ils font aussi d’excellentes soupes, crèmes et veloutés. A la Réunion, le chouchou ou chayote était autrefois consommé essentiellement en crudité ou en gratin. Il existe aussi des préparations sucrées à base de chayote, ainsi des compotes, des confitures, ou le « gâteau chouchou » à la Réunion.

Les jeunes pousses tendres, appelées « brèdes chouchou » à la Réunion et à l’île Maurice, peuvent se préparer sautées à la poêle comme des haricots verts dont elles rappellent le goût. La racine de la chayotte (la chinte) peut être détaillée en bâtonnets et préparée comme des frites. D’apparence rustique, il a cependant une texture agréable. Ce tubercule est également connu comme ichintal au Guatemala ; chinta ou chintla au Salvador, echinta ou patastilla au Honduras et raíz de chayote au Panamá. En Amérique du Sud, notamment en Colombie, il est utilisé comme un quelconque tubercule, remplaçant ainsi la patate, à certains endroits il est utilisé comme aliment fourrager pour les animaux domestiques, bovins ou porcins.

chayotte (Sechium edule) (4)

Comment cultiver le Chouchou dans votre jardin ?

Envie d’un peu de changement au potager ? Pourquoi ne pas essayer la chayotte ? De culture très facile, un seul pied de cette grimpante spectaculaire peut couvrir une pergola de plus de 25 m. La multiplication se fait par plantation du fruit assez tôt en fin d’hiver à l’intérieur. Le plant est ensuite mis en place au printemps, vers le mois de mai. Choisissez de préférence un endroit ensoleillée ainsi qu’un sol frais, riche et profond. Prévoyez une grande surface verticale pour sa croissance, comme un mur ou un grillage par exemple.

La récolte intervient vers le mois de novembre, lorsqu’on annonce les premières gelées. Six mois de chaleur sont nécessaires pour la maturation des fruits. Une plante peut donner plusieurs dizaines de kilos car la vitesse de croissance et la vigueur de cette plante est époustouflante, même en France. Bien que vivace, la Chayotte se cultive comme une annuelle dans le nord de la France. Dans les régions plus clémentes, la souche peut rester en terre plusieurs années à condition de la protéger efficacement contre le gel.

Written by Lucas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>